Théâtre de Nice
Promenade des Arts.

06300 NICE

Fermer cette fenêtre

 

 
  Cyrano de Bergerac

d'Edmon Rostand

Production Théâtre de Nice - Centre Dramatique National Nice Cote d'Azur - 2001

 

 
Mise en scène   Jacques Weber
Décors Philippe Miesch
Costumes Emmanuel Peduzzi
Lumières André Diot
Son André Serré
Choregraphie Bianca Li
Maître d'armes François Rostain
Maquillage Annie Mandarin
Assistante à la mise en scène Christine Weber
Dramaturgie Anna Routin

Avec
Xavier Gallais, Marina Hands, Thomas Blanchard, Loïc Corbery, Vincent Debost, Thibault Lacroix, Xavier Thiam, Elodie Ajart, Florient Azoulay, Mélanie Biesemans, Wilfried Bosch, Thomas Cerisola, Olivier Chauve,l Elise Clary, Sébastien Goyon, Anne Marion-Gallois, Virginie Normand, Dimitri Rataud, Elodie Saos, Sébastien Sfedj, Mar Sodupe.


Aujourd'hui, largement centenaire, Cyrano de Bergerac est toujours là, privilégié dans le courant profond de l'émotion populaire. J'ai joué Cyrano près de trois cents fois jusqu'à l'épuisement. Bien vite la distance était abolie, je devins ignorant de toutes perspectives intellectuelles : toute ma vie et ma personne étaient en lui. C'est avec " l'insoutenable légèreté du souvenir " que je veux aujourd'hui transmettre à une troupe, à un public, ce que je sais de celui-ci. J'y ai connu la lumière et son ombre, l'éclat de la pointe et la froideur de la lame, le stentor et l'aphasie. Chemin faisant, le rôle, la pièce, l'oeuvre et Rostand lui-même se révélaient dans leurs plus intenses contradictions. Bien avant que Rostand ne lui tisse l'étoffe du héros, Cyrano est au XVIIè siècle un homme de liberté et de lumière avant l'heure, hors la loi, immigré sur la terre : sa patrie est la lune ; il provoque, bataille, boit et écrit. Rostand a inventé le " E.T. du XIXè " siècle, un mélange de monstre et d'humain, figure de fantasmes de régression, de transgression aussi, à l'angle de la nostalgie des temps légendaires et le refus de la banalité du rationnel ; comme Spielberg, Rostand a le génie de l'adolescence ; par son prisme, il réconcilie tous les publics, en nous mettant tous en culottes courtes. E.T. et Cyrano viennent de la lune, " le grand doigt pointe son nez "...

Jacques Weber.