Fermer cette fenêtre

 

   
Salle Richelieu - Comédie-Française
2 rue de Richelieu, Paris 1er

 

 

 
Cinna
ou la Clémence
d'Auguste

Tragédie en cinq actes de Corneille

Jouée à la Salle Richelieu
du 28 octobre 2000 au 29 janvier 2001


Mise en scène
 
Simon Eine
Décor Géraldine Allier
Costumes Renato Bianchi
Lumières Jean-François Vacher-Aveline
Musique originale Manolo
Réalisation sonore Jean-Luc Ristord
Maître d'armes François Rostain
Maquillages Marc Lanfranchi
Assistante à la mise en scène Colette Jacomet

Avec

Euphorbe
 
Yves Gasc
Auguste Simon Eine *
Émilie Véronique Vella
Livie Alberte Aveline
Fulvie Isabelle Gardien *
Fulvie Claudie Guillot *
Maxime Christian Gonon
Auguste Jean-Claude Drouot *
Polyclète Jacques Poix-Terrier *
Cinna Christian Cloarec

et
Évandre   Alain Lahaye
Polyclète   Cédric Weis *


* : en alternance


Le décor et les costumes
ont été réalisés dans les ateliers de la Comédie-Française


Résumé

Acte 1.
Pour venger son père Torianus, assassiné autrefois par Octave, futur empereur Auguste, Émilie a fait choix de Cinna, le petit-fils de Pompée : elle lui a promis sa main à la condition qu’il frapperait Auguste. Elle tremble pour son amant, mais elle ne recule point. L’heure de la vengeance est proche : Cinna arrive de l’assemblée des conjurés où le régicide a été résolu, et Cinna lui-même doit frapper le coup mortel. C’est alors qu’Auguste fait demander Cinna, en même temps que Maxime, autre conjuré et proche d’Auguste.

Acte 2. Auguste n’a pas de soupçons, il a fait venir les deux amis pour leur demander conseil. Il est las du pouvoir et songe à abdiquer. Cinna combat ce projet que Maxime encourage. Mais Auguste se range à l’avis de Cinna et, pour récompenser ses confidents, promet à Cinna la main d’Émilie et nomme Maxime gouverneur de Sicile. Cinna explique à son ami contrarié qu’il ne désire pas moins que lui délivrer sa patrie, mais qu’il veut aussi frapper l’empereur pour être digne d’Émilie.

Acte 3. Maxime aime, lui aussi, Émilie. Désemparé, il se laisse influencé par l’affranchi Euphorbe l’autorise à dénoncer Cinna. Ce dernier, cependant, pris par le remord, essaie en vain de faire revenir Émilie sur sa décision. La jeune fille s’indigne et s’emporte ; elle mourra plutôt que d’être l’épouse d’un lâche. Cinna se retire, décidé à frapper Auguste et à se poignarder lui-même ensuite.

Acte 4. Euphorbe a dénoncé Cinna en déclarant que Maxime s’était tué pour se punir lui-même. Auguste, livré à sa colère et à sa douleur, hésite entre le châtiment et le pardon que lui conseille son épouse Livie. Émilie vient d’apprendre l’arrestation de Cinna et se prépare au trépas. Maxime, que l’on croyait mort, reparaît pour engager la jeune fille à fuir avec lui. Émilie devine la trahison et dit à Maxime son mépris. Désespéré, Maxime maudit les conseils d’Euphorbe et projette de l’assassiner et de se tuer.

Acte 5. L’empereur fait comparaître Cinna. Il l’accuse, le confond, l’humilie. Cinna retrouve sa fierté et relève le front : il saura mourir en digne petit-fils de Pompée. Mais Auguste découvre qu’Émilie est l’instigatrice du complot et que Maxime était complice de Cinna. Que faire face à tant d’ingratitude ? Auguste choisit la clémence et pardonne aux jeunes gens.
 


Les photos du spectacle
 
 
 
 
© Laurencine Lot / Comédie Française